Portrait de Monique, confectionneuse de bavettes en pagne au Niger

Article : Portrait de Monique, confectionneuse de bavettes en pagne au Niger
3 juin 2020

Portrait de Monique, confectionneuse de bavettes en pagne au Niger

Mondoblog lance le projet Mondoblog, unis contre le Covid-19, pour raconter l’évolution et les conséquences de la pandémie de coronavirus du point de vue des Mondoblogueurs sahéliens.


Le coronavirus a donné un coup d’arrêt brutal à l’économie mondiale, mais certains domaines ont su réagir et s’adapter face à la pandémie. Je fais particulièrement allusion à la mode. De jeunes couturiers stylistes se sont lancés dans la confection et la vente de bavettes de protection, considérées aujourd’hui comme l’ultime rempart face au virus ! L’entreprise de confection de masque est une initiative propice, totalement adaptée à la situation de crise actuelle où tout le monde cherche des bavettes pour se protéger.

Pour l’écriture de cet article, je suis partie à la rencontre d’une jeune styliste nigérienne, Monique Elysée, couturière autodidacte. Cette jeune couturière est un ancien mannequin, passionnée de mode. En 2010, elle crée sa propre marque, Niqua Créa, et confectionne des vêtements pour femmes et enfants. Dans toutes ses créations, Monique Elysée met en avant le pagne, y compris pour la création récente des bavettes de protection.

Niqua Créa, Niger, coronavirus, masques, styliste
Monique Elysée, couturière, créatrice de la marque Niqua Créa.

Je la connaissais mais sans jamais l’avoir rencontrée. Je la suivais sur les réseaux sociaux depuis un certain temps déjà et ses publications m’avaient tapées dans l’oeil…

Le design des masques qu’elle confectionne est très original, il allie protection et coquetterie. Cette couturière possède une esthétique bien à elle, dans toutes ces créations, Monique Elysée met en avant le pagne, y compris pour la confection des bavettes de protection. Un pagne, des élastiques et le tour est joué !

« Niqua Créa » est une marque de vêtements nigérienne, jeune, dynamique et pleine de volonté ! Une passion devenue aujourd’hui un métier.

Je vous propose de partir à sa rencontre.
Entretien.

Masques confectionnés par Monique Elysée, Niqua Créa.

Comment la pandémie du coronavirus a modifié votre travail quotidien ?

« La crise du Covid-19 n’a épargné personne, aucun secteur n’est à l’abris d’une telle pandémie. Les frontières du pays sont fermées, personne ne rentre et personne ne sort. Du coup, les commerçants perdent beaucoup de clients, notamment les touristes qui ne sont plus là… En temps normal, les clients achètent nos produits pour les offrir en cadeau, comme souvenir de notre beau pays. »

Comment est née l’idée de concevoir des masques ?

« Dans cette affaire du Covid-19, tout le monde perd son temps entre panique et ennui créés par les médias et les réseaux sociaux. Mais très vite la peur surmontée laisse place à une dynamique de recherche de solution (….), c’est comme ça que je me suis lancée dans la confection de bavette pour grands et petits. »

Exemple de création Niqua Créa.

Pourquoi vos masques ont-ils une forme particulière ?

« J’ai voulu pour ces masques une esthétique particulière, en tant que designer, l’aspect esthétique de chaque accessoire est très important pour moi. Le masque c’est la protection et le confort mais on le porte sur soi, donc cela doit aussi être esthétique. Ces masques sont perméables à l’air tout en empêchant le passage des particules. Nos masques ont été validés par les experts de l’offices national des produits pharmaceutiques et chimiques du Niger. »

Est-ce que ces masques sont accessibles à toutes les bourses ?

« Je pense que tout le monde mérite d’être protégé car le coronavirus n’a pas de catégories de personne. Les prix de mes masques diffèrent selon les modèles, cela dépend de la coupe et du travail fourni sur chaque masque. Les masques les plus simples coûtent 300 francs CFA et les masques plus élaborés peuvent coûter entre 750 et 1000 francs CFA. Mais la qualité reste la même sur tous les masques, c’est la même matière première et le même niveau de protection.»

Quelle est votre contribution dans la lutte contre cette pandémie ?

« Niqua créa a déjà eu à distribuer gratuitement des bavettes. En même temps que nous distribuons nos masques, nous sensibilisons sur les mesures de protection contre le coronavirus. »

Exemple de création Niqua Créa.

Le 6 mai dernier, l’Etat du Niger a fait appel aux tailleurs et stylistes locaux pour la production de 10 millions de bavettes, ceci est une première phase de production, il y en aura peut-être un deuxième appel des autorités si nécessaire. Le gouvernement a mis ces masques en vente subventionnée au prix de 100 francs cfa dans les différentes pharmacies du pays.

Monique Elysée fait partie des jeunes stylistes sollicités :
« Depuis le 25 mai, j’ai intégré l’équipe qui confectionne des masques pour le gouvernement à coût patriotique. »

Bien que la confection et vente de ces bavettes ne comblera pas le trou financier que la pandémie a causé, il y a tout de même une satisfaction à faire face à cette situation de crise en se rendant utile. Si je me mettais à la place de Monique, c’est ce que je ressentirais, car, au moins, j’aurai aidé ne serait ce qu’un Nigérien à faible revenu à se procurer une protection au prix de 100 francs cfa. Elle le pense aussi, j’en suis sûre, je le sens à la vue du soin qu’elle met pour fabriquer ses masques.

Partagez

Commentaires

Nacambo idrissa
Répondre

Fierté. ..Que ta passion te porte plus haut que tu n'espère. ..

encrepassepartout
Répondre

Ameen , merci